• ADICEO

FAIRE VIVRE LA GOUVERNANCE MUTUALISTE

La dynamique des élus au cœur du modèle mutualiste Les bouleversements que la protection sociale a connu ces dernières années ont modifiés radicalement l’environnement des mutuelles :

  • Les évolutions législatives : code de la mutualité, Solvency II, le RGPD, la directive DDA, le reste à charge zéro…

  • Le désengagement de l’Assurance maladie obligatoire, le tiers payant généralisé, le reste à charge...

  • L’évolution des règles du marché : adoption de l’accord national interprofessionnelle généralisant les complémentaires d’entreprise

  • ...

Face à ces changements profonds, on a assisté à une professionnalisation des mutuelles et à une vague de concentration, sans équivalent avec l’émergence de structures de grande taille, recueillant parfois plusieurs familles d’acteurs de la protection sociale (mutuelles, SAM et IP) au sein de groupes de protection sociale. Ce mouvement rapide de concentration est marqué également par des partenariats et/ou fusions ratés, voire le divorce entre les acteurs ayant initié le rapprochement. ​ Le positionnement des GPS a fortement évolué, se situant sur un marché à la fois plus grand et plus concurrentiel, notamment avec les assureurs. Le nouveau dimensionnement introduit par les GPS exige des évolutions importantes en matière de professionnalisation, de nouveaux modes de managements, une nouvelle approche du développement commercial (nouveaux services, élargissement de la clientèle visée, diversification de l’offre, nouvelle tarification…) Ceci concerne également les dirigeants qui doivent se professionnaliser également. ​ Ces évolutions mettent à mal certaines valeurs fondamentales de la mutualité auxquelles les mutuelles ne souhaitent pas renoncer mais au contraire les conserver pour cultiver leur différence. Il s’agit en particulier de la gouvernance démocratique au service de la couverture d’un risque, de la solidarité entre les membres et en dehors ou encore les modes de gestion spécifique ne se limitant pas à la performance économique mais recherchant performance sociale et gain sociétal ou encore les règles de partage de la valeur. Les formes de gouvernance, mais plus encore les modes d’engagements de nouveaux militants sont fortement requestionnés dans un nouvel cadre juridique élaboré pour l’assurance. L’ADN des mutuelles au cœur de l’économie sociale et solidaire est chahutée avec de forts impacts pour leur gouvernance, leur organisation, leur fonctionnement et plus fondamentalement pour leur identité.